Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique
Accueil > Présentation de l’espace de partage sur la systémique > LES RESSOURCES DE LA SYSTÉMIQUE DANS LA RENCONTRE (...) > La reconnaissance des savoirs de la famille, du couple (...) > La reconnaissance des savoirs de la famille, du couple (...)

La reconnaissance des savoirs de la famille, du couple et de l’individu

Par la reconnaissance des savoirs du système (famille, couple, individu) par le thérapeute, celui-ci est impliqué comme sujet- acteur de sa thérapie.

Articles de cette rubrique


Gennart, Vannotti, Zellweger : La maladie chronique : une atteinte à l’histoire des familles. (Les symptômes : leur convocation comme apport singulier au savoir )

vendredi 4 septembre 2020 par Gennart Michèle, Vannotti Marco

Résumé :

La maladie chronique : une atteinte à l’histoire des familles. – Cette étude de cas a été conçue dans l’objectif d’évaluer dans quelle mesure une intervention psychosociale, menée à un niveau à la fois individuel et familial, et coordonnée sur un mode interdisciplinaire à l’intérieur du réseau de soin, pouvait contribuer à améliorer la prise en charge des patients chroniques. L’on a choisi pour ce faire le domaine de la pathologie pulmonaire chronique. L’étude, de type qualitatif, impliquait un processus d’investigation et une intervention (d’orientation systémique) étalés sur plusieurs mois et menés auprès d’un nombre restreint de patients et de familles. Les résultats de l’étude mettent en évidence l’impact profond de la maladie chronique sur les proches du patient et, en particulier, sur le développement et les possibilités d’autonomisation des enfants. Cet impact est souvent sous-estimé par les soignants. Les auteurs esquissent dès lors quelques pistes d’intervention à l’usage des praticiens. En aidant les membres de la famille à faire face à la maladie et à gérer les menaces de mort, le médecin agit dans le bien du patient lui-même.

Ainsi s’exprime la fille d’un patient de 56 ans atteint d’une maladie pulmonaire chronique à haut risque vital : « C’est une maladie que lui vit d’une certaine façon et que moi, peut-être, je vivrais de façon totalement différente, dans le sens que lui, il n’a jamais dramatisé ce qu’il avait. [...] Il croit en lui. Il croit qu’avec ce qu’il a, il peut encore... Il n’oublie pas les petites ressources qui peuvent encore être efficaces. Il se laisse peut-être moins prendre que nous, par exemple, qu’on est autour, qu’on se rend compte. Il se laisse moins prendre par la peur. Il se dit que c’est inutile d’avoir peur. Ça le handicaperait encore plus d’avoir peur. »



Bradley, Pauzé : Cycle de vie familiale, échec dans la résolution des tâches développementales et apparition de l’anorexie à l’adolescence (Les symptômes : leur convocation comme apport singulier au savoir )

mercredi 26 août 2020 par Pauzé Robert
Titre de l’article : Cycle de vie familiale, échec dans la résolution des tâches développementales et apparition de l’anorexie à l’adolescence Auteurs : Marie-France Bradley Robert Pauzé Adresse de correspondance : Robert Pauzé Faculté d’éducation Université de Sherbrooke Sherbrooke, Québec, Canada, (...)


Rousseaux : L’alcoolique en famille – Dimensions familiales des alcoolismes et implications thérapeutiques. (Les symptômes : leur convocation comme apport singulier au savoir )

JP Rousseaux, Blandine Faoro-Kreit, Denis Hers
mercredi 26 août 2020 par Oth Stéphanie

Les auteurs proposent d’une part, une approche qui dissocie les mécanismes qui président l’entrée du sujet dans l’alcoolisme de ceux qui l’y maintiennent. Ils souhaitent montrer qu’il convient de s’occuper d’abord de ces derniers et que ce n’est que bien souvent par la suite que les autres apparaissent.
Ils proposent d’autre part, un modèle d’intervention qui tienne compte du degré d’autonomisation du patient par rapport à sa famille et à se liens d’enfance et de sa capacité à aimer et à travailler pour définir le degré de gravité de la pathologie et le pronostic thérapeutique. Le travail avec la famille est vu comme une condition indispensable avant et après toute intervention thérapeutique visant à modifier l’assuétude du patient alcoolique.



Real del Sarte : Les conditions d’un travail sur les ressources et les compétences coopératives dans les situations de couple (Les symptômes : leur convocation comme apport singulier au savoir )

Thérapie familiale, Genève, 2004, Vol. 24, No 3, pp. 349-356
mercredi 26 août 2020 par Real del Sarte Olivier

Résumé : Les conditions d’un travail sur les ressources et les compétences coopératives dans les situations de conflit de couple.

En tant que thérapeute d’inspiration systémique nous nous sommes intéressé à l’équilibration des échanges coopératifs au sein d’un couple.

Une forme fondamentale et basique de l’échange coopératif nous est donnée par R. Axelrod sous la forme du Tit For Tat (TFT). Cette forme
minimale de l’échange est menacée ou se détériore chez les couples qui nous consultent. Dans une perspective que nous appelons « etho-psychologique » nous avançons que la condition essentielle pour qu’un tel processus de coopération s’établisse ou se réinstaure implique la confiance en la permanence des systèmes de valeurs des acteurs de l’échange.

Tout sentiment de trahison, tromperie, violence survenant dans le processus de l’échange touche les échangeurs dans leur intégrité psychologique et somatique. La reconnaissance mutuelle et la communication autour de ces vécus terrorisants, permettent la reprise de l’échange coopératif, non seulement au niveau de ce qui est échangé mais surtout au niveau de l’évolution et de la « psychogénérativité » des échangeurs eux-mêmes.



Kahn : Le rôle de l’enfant : de patient désigné à celui de guide du processus de changement (Les symptômes : leur convocation comme apport singulier au savoir )

Pierre Kahn (1995) Thérapie familiale, 16, 3, pp. 255-271
mercredi 26 août 2020 par Kahn Pierre

Résumé : Le rôle de l’enfant : de patient désigné à celui de guide du processus de changement – Cet article souhaite montrer qu’il est possible de modifier le rôle de l’enfant au cours du processus thérapeutique. Grâce à un entretien individuel avec le jeune client, ponctué de questions précises et pendant lequel il a réellement la possibilité d’exprimer une hypothétique souffrance, un problème u un symptôme, l’auteur mer en évidence de manière concrète comment parvenir à donner à l’enfant le rôle d’acteur principal quant à la définition et la réalisation des changements souhaités.

Summary : The role of the child : from the position of identified patient to that of guide in the process of change – This article shows that it is useful to change the role of the child at the start of a therapeutic process : from the position of identified patient to that of guide in the process of change. Using an interview alone with the young « client », the author effectively allows that the child to express possible mental distress or other problems or symptoms. With the help of specific questions, the author has found how ti give the child positive, evolving and central role in a process of change.



Labaki : Quand le savoir entrave la pensée…Quand le savoir empêche la rencontre… (Les savoirs échangés)

jeudi 2 avril 2020 par Labaki Camille
Quand le savoir entrave la pensée… Quand le savoir empêche la rencontre… Camille Labaki [1] « Nous entrons dans un nouveau monde qui, pour une bonne part, n’a pas encore été pensé. Donc, nous faisons l’expérience de l’a-pensée. » L’a-pensée. Jean-Claude Guillebaud, romancier et journaliste, nous donne (...)


Bantman : Ce que les familles nous apprennent (Les savoirs échangés)

mardi 31 mars 2020 par BANTMAN

En psychiatrie, l’approche centrée sur le patient est limitée par la difficulté qu’elle a à recueillir auprès du patient seul tous les éléments conditionnant la conduite thérapeutique. Le travail avec la famille nous ouvre des perspectives qui ont longtemps été occultées par la tradition psychiatrique et ce malgré des avancées comme la psychanalyse.
La famille du patient psychotique permet de recueillir l’observation la plus complète sur sa vie au fil des jours. Elle est témoin des crises, de la souffrance psychique, des rémissions. L’entretien psychiatrique, lui ne peut que constater ponctuellement réticence, déni de la pathologie, inhibition ou retrait dans la relation qui peut s’établir avec le clinicien.



Ausloos : Des parents-clients aux parents-collaborateurs (Les savoirs échangés)

mercredi 18 mars 2020 par Ausloos Guy
Sommaire COLLABORER C’EST TRAVAILLER 1. être parent : un métier (...) 2 .... pour lequel il n’y (...) 3. Changer notre vision : (...) 4. Changer l’intervenant (...) 5. Changer l’institution (...) Conclusion COLLABORER C’EST TRAVAILLER ENSEMBLE Des parents-clients aux (...)


Bowen : L’emploi de la théorie familiale dans la pratique clinique (Les savoirs échangés)

dimanche 10 janvier 2010 par Bowen Murray
Sommaire L’EMPLOI DE LA THEORIE (...) POSITION ACTUELLE ET AVENIR ORIENTATION THEORIQUE ET (...) LA THEORIE FAMILIALE LE SYSTEME RELATIONNEL (...) PROCESSUS DE TRANSMISSION (...) UTILISATION CLINIQUE DE (...) L’EMPLOI DE LA THEORIE FAMILIALE DANS LA PRATIQUE (...)


Beaujean : Quelle place pour la théorie en formation systémique ? (Les savoirs échangés)

par Jacques Beaujean
mercredi 6 septembre 2006 par beaujean
Quelle place pour la théorie en formation systémique ? Par Jacques Beaujean Formateur au CFTF Faisons le point sur nos nombreux tâtonnements [20] à propos de la transmission de la théorie auprès de nos collègues qui suivent la formation. D’une manière générale, nos modèles s’inspirent du problème du (...)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1336745

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Présentation de l’espace de partage sur la systémique  Suivre la vie du site LES RESSOURCES DE LA SYSTÉMIQUE DANS LA RENCONTRE (...)  Suivre la vie du site La reconnaissance des savoirs de la famille, du couple (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License