Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique

Appropriation de la pensée systémique à travers la clinique et la théorie

mercredi 16 septembre 2020 par beaujean , Hostert , Melen Marc

 Introduction

L’épistémologie systémique va très souvent à contre-courant de notre culture. Sans que nous croyions utile de privilégier l’une ou l’autre épistémologie. Nous constatons que notre culture s’approprie les modèles qui justifient parfaitement la réussite au détriment souvent du développement du sujet. Autrement dit des modèles qui apaisent l’angoisse, qui soulagent de façon immédiate.

En préconisant le recours à des experts, déléguant ainsi la prise en main de la résolution du problème, il y a un risque certain d’affaiblissement de la personne qui consulte, car elle est privée d’un parcours émotionnel qui fera d’elle un sujet.

Les modèles devraient pouvoir éviter d’établir des clivages à propos de valeurs, ou des jugements sur des normes figeant ainsi trop souvent la difficulté. Ces modèles faisant du problème une valeur de symptômes à traiter de façon externe au sujet. Avec parfois comme conséquence des identités sociales de malade chronique comme valeur de reconnaissance.

 Le processus de travail :

Le groupe se donne pour objectif d’essayer d’intégrer hors du champ de cette culture les notions propres à la systémique sous un modèle analogue à celui de la rencontre avec le consultant (la famille, le couple, l’individu) aidé à se maintenir au travail à propos de sa problématique.

En partant de vignettes cliniques (appelé sur le site « vignette de savoir d’expérience » au sens du partage d’expérience avec les consultants), sur des situations qui ont été enregistrées soit par vidéo, soit par écrit, soit en audio ou des articles qui foisonnent sur le site systémique nous serions à même de faire le travail suivant :

— à l’instar du modèle systémique, la première tâche tant pour la lecture de vignettes cliniques que pour les textes du site, est de pouvoir se mettre en résonance avec ce que nous recevons. L’effort est immense, car il s’agit d’évacuer tout ce qui pourrait être de l’ordre de notre jugement, de la difficulté de recevoir ce qui est inattendu, dans un registre souvent déroutant et avec lequel il s’agit néanmoins de pouvoir réaliser une perspective qui suscitera par nos interrogations à plus d’ouverture.A titre d’exemple, voyez l’article 1058

— La deuxième tâche consistera à faire le tri des informations reçues au départ du cas clinique ou du texte de lecture afin de discerner ce qui, à vos yeux, peut être investigué. Pour cela, il s’agira d’extraire avec discernement des articles certains passages et vous poser, entre autre, la question de savoir quel développement pourrait être donné au thème.A titre d’exemple, voyez l’article 1059->article 1059]

— La troisième tâche consistera à faire preuve de créativité pour adapter à la situation lue ou à la situation clinique une action qui n’aura d’autre but que de poursuivre le questionnement commencé par le consultant ou l’auteur d’un texte. Il s’agira d’expliciter la finalité de la démarche afin que le sens qui lui sera donné apporte une différence, un apport, un encouragement à poursuivre le processus du travail. A titre d’exemple, voyez l’article 1060->article 1060]

Nous partons de l’analogie que très souvent les familles ont d’excellentes idées au même titre que les auteurs du reste, mais ne leur donnent pas une dimension suffisamment participative et éprouvent dès lors des difficultés en cours de route.

 Finalités complexes

La connaissance comme l’expérience des humains dans les difficultés de la vie n’est stimulante que si elle conduit à une pensée qui se co-construit avec d’autres pour s’ouvrir à de nouveaux développements. Cette co-construction n’aboutit pas nécessairement à l’harmonie, mais à considérer la dysharmonie comme la meilleure dynamique qui soit pour questionner sans arrêt les difficultés existentielles du quotidien. Le but étant de faire quelque chose avec cette expérience de vie pour qu’elle génère d’autres rebondissements.

Au-delà des techniques d’approches thérapeutiques ou de forme des écrits, nous sommes soumis à la polyphonie des interprétations.
À partir des celles-ci nous tâtonnons dans nos essais et erreurs, parfois nous nous trompons et ces erreurs donnent lieu à de nouveaux ajustements et nous renvoient à nos points aveugles.

La meilleure de nos évaluations viendra d’un dialogue soit avec les auteurs d’articles, soit avec les consultants. Pour qu’il ait lieu, il faut le rendre visible.

 Comment ?

A vous de choisir les textes sur le site qui regroupent des thèmes qui vous intéressent. Nous échangerons sur ces textes par des annotations communes, en appliquant le schéma des tâches reprises ci-dessus.

Nous travaillerons sur des situations cliniques sous formes de petites vignettes auxquels nous vous demanderons d’ajouter vos vécus personnels ou vos associations comme le ferait un thérapeute. Ensuite vous donnerez vos indications d’ouverture de recherche sur ces situations.

Lieu :

La session se tiendra en fonction des événements tantôt sous forme présentielle ou par visioconférence.

Nombre de participants : 8 -10 maximum après rencontre


enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 25 / 1304942

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Présentation de l’espace de travail collaboratif sur la (...)  Suivre la vie du site Calendrier des manifestations (colloques, conférences)  Suivre la vie du site Belgique : Colloques, Manifestations, Journées (...)  Suivre la vie du site Groupes de travail et de lecture   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License