Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique

Carte et territoire

samedi 21 juillet 2012 par Pregno

LeS carteS et le territoire …

Pour la petite histoire il est peut-être utile de rappeler qu’en 1931, un physicien d’origine polonaise, Alfred Korzybski fit à la Nouvelle Orléans une conférence avec le titre « The map is not the territory » (Le texte a été traduit et se trouve dans La carte n’est pas le territoire, ouvrage paru aux éditions de L’Eclat). En simplifiant : la thèse défendue était que toute carte n’est qu’une simplification du territoire, dont elle ne représente qu’une réduction de la complexité. La difficulté c’est que nous avons tendance à l’oublier et que, compte tenu de l’utilité de la carte, nous en venons à prendre la carte pour une copie conforme de la réalité. Il en est de même pour toute représentation d’un objet par un mot ou une image, ou pour une théorie qui nous permet d’accéder à une meilleure compréhension d’un phénomène : mais en fin de compte il ne s’agit que de constructions mentales, résultats de notre perception et du fonctionnement de notre système nerveux, qui peuvent être dès lors fort différentes de ce qu’elles sont sensées représenter.

Dans le bouddhisme le kōan est utilisé comme objet de méditation ou pour déclencher l’éveil. Il en existe un, très connu, qui nous interpelle quant à ce lien entre perception et réalité : il s’agit de savoir si un arbre qui tombe dans une forêt où il n’y a âme qui vive, fait du bruit ou pas. Je ne pense pas avoir connu l’éveil, du moins je n’en sais rien et de toute façon je ne m’arrogerais jamais le droit de m’en vanter, mais je me permettrai de faire remarquer que le bruit produit par la chute d’un arbre n’a de sens que parce que nous sommes dotés d’un organe sensoriel qui permet de percevoir certaines caractéristiques physiques produites par cet arbre qui tombe. Cela a conduit des biologues et des psychologues à penser que « le bruit » en disait avant tout beaucoup sur le fonctionnement psychique et physiologique de l’être humain dans ces rapports avec son environnement, rien de plus … « Notre réalité » trouverait son origine dans ce que nous percevons. Pour le reste nous n’en savons trop rien, et pire : nous oublions cette limitation.

La vision de Korzybski eut de grandes influences dans le domaine de l’art (chez les surréalistes, comme René Magritte par exemple), de la sémantique, de la neurobiologie, mais aussi auprès des fondateurs de l’approche systémique dans son application à la psychothérapie : les tenants du courant du « constructivisme » forgèrent la phrase que « la réalité n’est pas découverte, mais inventée » et que « la vérité est l’invention d’un menteur » (Heinz von Foerster). Une des conséquences de cette façon de voir les choses, est qu’il peut y avoir plusieurs vérités, ou plusieurs cartes pour un même territoire pour reprendre les termes du titre de la conférence : d’ailleurs M. Korzybski y raconta l’histoire de soldats napoléoniens qui s’étaient perdus dans les Carpates et qui, à bout de forces, s’attendaient à mourir de faim. L’un d’eux, espérant dénicher encore les restes d’un bout de pain au fond d’un sac, y trouva une carte géographique : grâce à cette carte, ils purent s’en sortir et sauver leur vie. Ce n’est qu’après coup, qu’ils se rendirent compte que ce n’était pas une carte des Carpates, mais celle des Pyrénées.

Gilbert Pregno
Psychologue, psychothérapeute,
Directeur à la Fondation Kannerschlass (Luxembourg)

gilbert.pregno@kannerschlass.lu


enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1237 / 1029386

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SAVOIR THÉORIQUE  Suivre la vie du site Échanges à partir d’articles , bibliothèque, dictionnaire (...)  Suivre la vie du site Bibliothèque, Dictionnaire interactif et concepts (...)  Suivre la vie du site Dictionnaire interactif de quelques termes de la (...)  Suivre la vie du site C   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License